ZOOM SUR… Ségolène Bunel & Article 1

Bordeaux date_range 9 janvier 2022 Catégories : Zoom sur ....
Article1
ESS
mentorat
[ssba]

 

 

Ce mois-ci, notre abeille à l’honneur est Ségolène Bunel, responsable de l’antenne Nouvelle-Aquitaine Article 1 !

 

 

 

 

 

 

 

  • Peux-tu te présenter à nous, parle-nous de ton parcours ?

 

 

Je suis Ségolène Bunel, j’ai effectué mon parcours académique à Lille, en sciences politiques avant de poursuivre vers les affaires européennes. 

Le sujet de l’égalité des chances me parle beaucoup, je viens d’un petit village en Normandie et ce qui m’a beaucoup défini, c’est ce passage du” lycée de province” à Sciences Po Lille, grâce à un professeur qui m’a beaucoup aidé. 

Ça a été une grosse claque d’arriver dans une  grande ville,  dans cet univers avec des codes qui n’étaient pas les miens. Pour moi, ce moment a été un énorme changement très formateur. 

Je me suis d’ailleurs investie au sein du programme de démocratisation de l’établissement, pour aider des jeunes de quartiers prioritaires et zones rurales à y entrer, 

 

Après mes études, j’ai  travaillé plusieurs années en Belgique, dans le domaine des affaires européennes et notamment à la Commission européenne.


Mais à un moment donné,  j’ai eu envie de faire autre chose !

Les affaires européennes me parlait beaucoup moins, je n’arrivais plus à me connecter au sujet que je représentais.

Il faut savoir qu’en parallèle de ma vie professionnelle, je m’investissais bénévolement pour une association d’égalité des chances centrée sur le mentorat pour les collégiens et lycéens : Télémaque

On m’y a proposé une activité salariée et c’est comme ça que j’ai mis le pied dans le secteur associatif il y a maintenant 4 ans. 🙂 

 

Tout en étant résidente à Bruxelles, je travaillais  à Lille pour développer l’association dans le Nord de la France.

A partir du moment où j’ai recommencé à travailler sur ce sujet, c’est comme si j’avais juste retrouvé le chemin que je voulais prendre depuis le début.

 

Au fil du temps, j’ai pris en responsabilité et j’ai rejoint une autre association qui promeut le bénévolat et mécénat de compétence* : Pro Bono Lab. 

*Le pro bono consiste à  partager gratuitement ses compétences pour des personnes ou organisations qui en ont besoin, mais qui n’ont pas les moyens de le financer. 

J’y ai été directrice Haut de France pendant 2 ans et demi, avant de rejoindre l’aventure Article 1 en septembre dernier, pour gérer l’antenne Nouvelle-Aquitaine. 

 

Je connaissais le métier du développement territorial, le secteur associatif, mais pas la région, ça a été un changement de vie ! 

 

 

 

  • Parle-nous d’Article 1, a quelle problématique répondez-vous et comment le faites-vous ? 

 

 

Article 1 est une association française qui œuvre dans le secteur de l’égalité des chances, elle est active dans 9 régions et compte aujourd’hui plus de 140 salariés.  


Un de nos objectifs stratégiques est de changer les visages de la réussite et faire en sorte que peu importe les origines sociales, culturelles ou géographiques, on puisse avoir accès aux mêmes opportunités que les autres.

 

Ce que j’aime chez Article 1 c’est aussi le fait de promouvoir un changement de vision de la réussite ! 

Pour réussir, on ne doit pas forcément passer par la voie royale des grandes écoles, chez Article 1,  on met en avant tout type de secteur et de métier. Le plus important, c’est surtout que les jeunes aient accès aux informations et ne s’autocensurent pas, l’idée est de mettre tous les possibles devant eux pour qu’ils trouvent leur voie et réussissent à leur façon. 

 

Le plan mentorat du gouvernement a été un gros soutien qui a généré une forte croissance de l’association, il a permis de créer des antennes comme la nôtre dans plusieurs régions. 

Pour l’année scolaire 2021-2022, on vise à accompagner 20 000 jeunes, alors que nous en accompagnons jusqu’ici 2000 par an. 

 

Nous proposons 2 programmes de mentorat du BAC+1 au BAC+5  : un à court terme et un à long terme. 

Le programme de mentorat à court terme :

→  Il s’adresse à tous les jeunes, peu importe leur parcours. 

Via la plateforme Dema1n.org, les jeunes peuvent préciser quels sont leurs besoins actuels très précis (recherche de stage, améliorer le CV, améliorer son anglais). 

Grâce à ces informations, l’équipe va les matcher avec un/une mentor du même secteur d’activité qui peut répondre à ses besoins et l’accompagner dans la réalisation de ses objectifs. 

L’accompagnement est prévu sur 3 à 6 mois. 

 

Le programme de mentorat à long terme :

→  Il s’adresse plutôt à des étudiants boursiers

L’accompagnement de 3-4 ans a pour objectif de mettre en place des relations jeune/mentor plus approfondies.

En plus d’un soutien académique et/ou professionnel, il y a souvent de réelles relations interpersonnelles qui se créent, un travail sur la confiance en soi, sur les codes, le savoir être etc.  

Pour ce programme-là, la promotion bénéficie en parallèle, d’une animation de communauté. Ils assistent à des événements collectifs, des visites d’entreprises, des soirées métiers, des ateliers de prise de parole en public… L’objectif est de créer du lien et un sentiment d’appartenance. 

 

Le mentorat est une de nos activités phares, mais ce n’est pas la seule !

Nous menons également des actions pré BAC et post études  :  auprès des lycéens, notamment par des ateliers collectifs sur l’orientation, et des étudiants en sortie d’études, par le biais d’un programme d’accès à l’emploi.

 

Chez Article 1 on ne prétend pas “sauver les jeunes”, nous voulons surtout éviter l’isolement et créer des rencontres ! 

Certaines vont très peu marquer, mais d’autres vont faire la différence dans leur vie et leur parcours, et c’est là le rôle clé d’Article 1  😉

 

 

 

  • Quel est le profil type du mentor ? Et pourquoi devenir mentor chez Article 1 ? 

 

 

 

 

Tout professionnel qui a envie de donner un peu de son temps est le bienvenu !

Nous n’avons pas de critères particuliers,  toute profession nous intéresse. 

 

 

 

Je pense que même les parcours de vie qui ne sont pas linéaires sont intéressants. Toute personne à forcément des connaissances, des compétences, des savoir-être ou un réseau à apporter. C’est pourquoi, selon moi, c’est la volonté d’accompagner un jeune qui prime avant tout. 


C’est vrai que cela  reste un engagement et qu’aujourd’hui mettre un pied  dans ce type de projet a tendance à faire peur. 

Mais par exemple, Dema1n.org, c’est un engagement de 3 à 6 mois à hauteur de 3 à 4 heures par mois, ce n’est pas très énergivore ! 

Et l’équipe d’Article 1 est en lien avec les duos et sert de ressource en cas de besoin. 

 

 

 

  • Quelles sont tes missions chez Article 1 ? 

 

 

Je suis responsable Nouvelle-Aquitaine et j’ai une belle petite équipe à mes côtés qui m’accompagne dans le développement de cette nouvelle antenne ! 

 

Nous sommes déjà 4 à composer l’équipe Nouvelle-Aquitaine : 

L’équipe développe les programmes opérationnels  : elles s’occupent notamment de gérer la relation avec les jeunes, les inscriptions, les intégrations et le suivi des binômes dans la durée, l’animation des ateliers etc. 

 

Moi, je m’occupe de la coordination de ces programmes opérationnels tout en manageant l’équipe. 

Je m’occupe également de la recherche de partenariats financiers pour permettre à l’antenne d’être autonome dans ses ressources. 

Et je réponds au mieux à nos enjeux de visibilité en faisant connaître l’antenne.

 

On souhaite développer l’antenne à Bordeaux, mais aussi en ruralité, l’enjeu est d’avoir cette portée Nouvelle-Aquitaine !

Il s’agit d’une énorme région où les réalités ne sont pas les mêmes d’un territoire à un autre. 

C’est pourquoi, me déplacer sur la région, créer la confiance et faire nos preuves par rapport aux différents dispositifs en place dans les territoires est une obligation que je m’impose.

 

 

 

  • Vous avez récemment inauguré l’antenne bordelaise d’Article 1 lors d’une soirée organisée à La Ruche, quels étaient les enjeux et comment cela s’est mis en place ? 

 

 

Cet événement a marqué le vrai lancement de l’antenne Nouvelle-Aquitaine !

 

Quand je suis arrivé le 1er septembre à Bordeaux, il n’y avait pas d’équipe, je n’étais pas encore officiellement à la Ruche, l’antenne n’était pas implantée comme elle l’est aujourd’hui. 

 

 

 

 

Là, au 24 novembre, voir qu’on était près de 40 personnes réunies : 4 membres de l’équipe, des mentors, des animateurs d’ateliers et des jeunes accompagnés;  ça montre qu’on a déjà une communauté en place, ce qui est très satisfaisant ! 

 

 

 

 

 

 

 

  • Quels sont vos projets du moment ? Vos ambitions à court et long terme ?

 

 

Au printemps prochain, on souhaite lancer le dernier programme, en lien avec l’accès à l’emploi : Jobready.

Il est déjà actif au niveau national, mais pas encore en Nouvelle-Aquitaine. Celui-ci permet à des jeunes de convertir leurs expériences de vie en compétences transversales, les fameux “soft skills”, sur leur CV. 

Les jeunes ont souvent tendance à se censurer, beaucoup d’expériences jugées comme peu pertinentes, n’apparaissent pas sur les CV. Or, il y a énormément de superbes compétences qui en découlent à valoriser : l’adaptabilité, le travail en équipe, le leadership…

 

Pour la fin de l’année, nous avons également comme projet, de pouvoir asseoir les partenariats financiers et pérenniser les programmes. 

On vise à accompagner 2 200 jeunes dans la région pour l’année scolaire 2021-2022.

 

Voilà nos ambitions pour cette année de lancement ! 

 

 

 

  • Pourquoi le choix de l’open-space ? Pourquoi La Ruche ? 

 

Pour une antenne qui se lance, c’était super important de se mettre en réseau, donc je n’étais pas intéressé par les espaces où chacun est dans son coin. 

Je voulais tout de suite être en connexion avec d’autres personnes, avec le réseau de l’ESS, 

 

A La Ruche, l’espace est chaleureux, on s’y sent bien, c’est central, et les tarifs sont accessibles.

 

 

 

  • Une citation sympa qui t’inspire et que tu souhaiterais nous partager ?

 

 

“This too shall pass” – que je connais du groupe de musique OK Go, mais qui vient de la Bible apparemment.

 

Ce proverbe se traduit par “ça aussi, ça va passer” !

Ça m’inspire beaucoup, j’aime à me dire que même quand tu as des problèmes, demain, ce sera différent parce que tout évolue, tout bouge. 

 

Aujourd’hui, tu penses être coincé, mais tôt ou tard, il y aura une solution et peut-être que dans 2 ans, tu n’y penseras même plus 😉 

 

 

 

  • Si tu avais un super pouvoir, lequel choisirais-tu ? Et pourquoi ? 

 

 

Un super pouvoir “classique” :

Le pouvoir de dormir quand je veux, où je veux ! Quand tu as la tête pleine, tu dors moins, et tu es moins productive. 

 

Un super pouvoir “fou” :

Le pouvoir d’omniscience ! Tout connaître, avoir une intelligence incroyable qui me permet de tout savoir. 

 




keyboard_arrow_left Retour à la liste des articles


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *