ZOOM SUR… Gil Felot

Bordeaux date_range 30 juillet 2021 Catégories : Zoom sur ....
[ssba]

 

 

Ce mois-ci, notre abeille à l’honneur est Gil Felot, Data Ingénieur !

 

 

Découvrez le portrait de cet ancien commercial, reconverti dans le secteur du Data.

 

 

 

 

 

  • Peux-tu te présenter à nous, parle-nous de ton parcours ?

     

 

Je m’appelle Gil Felot, j’ai 36 ans et je vis à Bordeaux depuis maintenant 15 ans.

Mon parcours est quelque peu atypique !

J’ai débuté par des études de biologie, mais j’ai très vite compris que le métier auquel je me préparais était trop routinier pour moi.

Grâce à mes stages, j’ai eu la chance de découvrir le travail réalisé par les commerciaux. Ils parlaient très technique et j’y ai rapidement porté un vif intérêt. C’est pourquoi, je me suis tourné vers une école spécialisée dans le domaine de la biologie et plus particulièrement vers le métier de technico-commercial.

On m’a alors délivré 1 an de formation accélérée en marketing et communication.  

J’ai travaillé une année sur Lille avant de migrer dans le Sud-Ouest. Après une année à sillonner ce large secteur, j’ai constaté que j’étais bon consultant, mais que je ne me retrouvais pas forcément dans les missions commerciales.

J’ai alors enchaîné les petits boulots, jusqu’à mon arrivée dans une boîte de téléphonie.

À  une époque où l’offre téléphonique était limitée et où l’IPhone arrivait à peine, je me suis intéressé au phénomène des smartphones. C’est comme ça que je me suis lancé dans une nouvelle aventure ! À 28 ans et avec 2 enfants à charge, c’était parti pour 5 années d’étude à EPITECH.

 

Durant mon cursus, j’ai rencontré mon mentor. Spécialisé dans l’accompagnement des sociétés ayant des problématiques data, il m’a pris sous son aile et j’ai tout appris à ses côtés.

Étant un ancien commercial/consultant et apprenant en technologie, j’ai eu un rôle intermédiaire. 

Lors de mes stages dans son entreprise, j’écoutais les besoins clients pour les retranscrire en besoins techniques aux architects data. Les accompagner m’a permis de monter en compétences jusqu’à la fin de mes études.

 

Depuis, j’ai travaillé dans le domaine du traitement de la donnée dans divers secteurs.

En parallèle, j’ai également donné des cours dans différentes écoles et centres de formation bordelais (Simplon, INSEEC, INOV…). 

Aujourd’hui, je suis Data Ingénieur à mon compte et je travaille en ce moment sur un gros projet dans le secteur de l’hôtellerie. 

 

 

 

  • Quel rôle joues-tu en tant que Data Ingénieur, quelles sont tes missions ?

     

 

Lorsqu’on parle de data ingénieur, on parle d’un développeur dans le domaine de la data.

Ma mission est de construire, de monter l’architecture de toute la partie invisible des données pour aller les extraire, transformer et charger selon les contraintes ( quantité, sécurité…etc), avec les bonnes techniques, pour qu’elles soient utilisées.

Elles sont principalement utilisées par 2 types de personnes : les data analystes et les data scientist.

Le data scientist est chargé de réaliser des algorithmes d’intelligence artificielle. Et le data analyst est chargé d’analyser une donnée brute et d’en dégager une observation ou une réponse en fonction de la problématique traitée. Ce sont rarement des développeurs de formation, mais plutôt des professionnels ayant des connaissances métier dans un domaine particulier.

Moi, je leur apporte les données dans un format instinctif pour faciliter la lecture !

Je travaille toujours pour répondre aux besoins de mes collègues, jamais pour l’utilisateur final, je suis la face cachée de la chaîne. 😉 

 

Il m’arrive d’avoir un rôle qui va au-delà de celui du data ingénieur. Pour mener à bien un “projet de groupe”, il faut avoir les outils et la documentation nécessaire à tous, ces missions s’apparentent à de la gestion de projet.

 

 

 

  • Comment expliquerais-tu les technologies du Big Data à quelqu’un qui ne s’y connaît pas du tout ?

     

 

Le plus simple est d’imager les technologies Big Data. 

Imaginez avoir une mission de recensement qui doit être faite en 2 semaines :

  •  Pour un village de 150 habitants c’est relativement simple, on fait du porte-à-porte.
  •  Pour une ville, c’est un peu plus compliqué, on va prendre la voiture.
  •  Pour une métropole, c’est encore plus compliqué : soit il faut recruter Usain Bolt, soit il faut regrouper une équipe pour se diviser les secteurs.

C’est exactement le même principe ! 

Dans le domaine de la data, on parle de scalabilité, c’est lorsqu’il y a une montée en charge de données. L’activité est la même, mais le nombre de visiteurs ou d’interactions est en hausse.

Le problème étant que chaque système est fait pour supporter une certaine capacité. Il existe 2 solutions à cette problématique : 

  • Le scaling verticale : l’achat d’un pc plus puissant
  • Le scaling horizontale : la division du travail (on va distribuer le calcul sur plein de pc)

 

Le big data correspond aux 3 V : 

  • Volume : beaucoup de données
  • Vélocité : la vitesse à laquelle les données doivent être traitées. (ratio temps-quantité)
  • Variété : les différents formats de données

Les technologies du Big Data permettent de traiter la problématique suivante : il y a de plus en plus de data, en quantité importante, qui arrivent de plus en plus vite et de différentes façons.

 

 

 

  • Quels sont les projets à l’avenir ?

     

 

Je pense continuer encore un petit moment avec mon projet actuel, il y a beaucoup de travail. Mon projet pour l’instant, c’est vraiment la continuité, j’ai besoin de poser un peu mes valises.

Sur le long terme, je dirais continuer dans mon domaine et devenir quelqu’un de reconnu pour ça, principalement pour le côté transmission.

J’attache une importance à transmettre aux autres les chances qu’on a pu me donner dans le passé, j’espère continuer à évoluer dans un cercle vertueux. 

 

 

 

  • Pourquoi La Ruche ? 

 

Je suis auto-entrepreneur et j’ai la chance d’avoir un métier qui me permet de travailler où je veux.

Et après cette année de Covid, j’en avais marre de travailler chez moi, je voulais voir du monde, c’est pourquoi je me suis tourné vers La Ruche.

L’Économie sociale et solidaire m’intéresse et le principe d’un espace de travail construit à base de matériaux de récupération me plaît.

La Ruche est située en plein centre, les tarifs me paraissent très honnêtes et j’aime beaucoup le quartier Gambetta.

Et entre nous, j’ai eu l’occasion de tester d’autres espaces de coworking, mais ce n’est pas dans ce type de coworking que j’aurais pu faire une soirée rempotage de plantes. 😉

 

 

 

  • Une citation sympa qui t’inspire et que tu souhaiterais nous partager ?

     

 

“Entre ce que je penses ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez comprendre, ce que vous voulez comprendre, ce que vous comprenez il y a au moins 10 possibilité de ne se pas se comprendre, mais essayons quand même.” 

Bernard Werber

 

Pour faire passer une idée, c’est compliqué, il y a tellement de possibilités, on peut faire passer un message et il suffit que la personne en face ne soit pas réceptive pour quelconques raisons et elle peut comprendre tout autres choses. Mais une fois qu’on est conscient de ça; c’est super !

 

 

 

  • Si tu avais un super pouvoir, lequel choisirais-tu ?

 

Pouvoir contrôler le temps sans hésiter ! 

Ça passe beaucoup trop vite… J’ai presque la quarantaine et j’ai l’impression d’avoir encore 16 ans.

Je ne réalise pas qu’on a déjà passé la moitié de l’année 2021, c’est fou ! 

Prendre une pause et souffler un peu ne serait pas refus 😉

Ou 

Avoir la capacité de voyager sur une autre planète à la superman, sans dépenser des millions de tonnes de C02 pour quelques minutes dans l’espace !

Être sur un petit caillou perdu là-haut et observer le monde… ça aiderait à ne plus s’embêter pour des futilités, à se rappeler qu’à l’échelle du temps on est rien.




keyboard_arrow_left Retour à la liste des articles



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *