Apprendre à entreprendre : comment s’y prendre ?

Paris date_range 4 mai 2021 Catégories : A la une et Ils parlent de nous.
[ssba]

3 grands principes de La Ruche qui boostent l'apprentissage – d'après Justine GOYON

Dans le cadre de l’appel à projet pour l’édition 2 du programme Coup d’envoi, nous avons donné la parole aux incubés de l’édition 1 que La Ruche Paris accompagne actuellement. Aujourd’hui , retrouvez le témoignage de Justine Goyon.  

Justine a créé un jeu  pédagogique qui est basé sur la manipulation d’objets et l’exploration des sens. Le jeu est composé de 5 « Escape boxes », qui représentent 5 écosystèmes différents. 

Fondatrice de l’association Les Passeurs de Curiosités qui crée des activités ludiques et artistiques pour le jeune public en lien avec la biodiversité, je suis actuellement le programme d’incubation « Coup d’envoi » de La Ruche.

Poussée par un amour inconnu, j’ai toujours ressenti le besoin de transmettre aux enfants, un élan endogène fort, sur lequel j’ai peu à peu appris à mettre des mots.

Professionnelle du terrain, je m’intéresse aussi depuis plusieurs années aux méthodes éducatives alternatives et positives, notamment la pédagogie Montessori. Au fil des ans, j’ai accumulé les outils avant de comprendre quelle POSTURE privilégier afin de participer à rendre les enfants autonomes, plus créatifs et maîtres de leur épanouissement.

À ma grande surprise, en intégrant le programme « Coup d’envoi » de la Ruche, j’ai retrouvé la plupart des principes fondamentaux rencontrés sur mon chemin, qui boostent l’apprentissage :

Beaucoup de formations à destination des entrepreneurs mettent l’accent sur l’acquisition d’outils professionnels: le plan de communication, le business plan, le bilan comptable… La particularité de La Ruche pour moi est de revenir au cœur de ce qui fait nos métiers d’entrepreneurs et sans quoi les outils finissent au placard : l’HUMAIN.

Comme les enfants, pour apprendre et nous développer, nous avons BESOIN de plusieurs piliers, qu’on laisse trop souvent de côté. Ces piliers sont pourtant essentiels. C’est en mettant le doigt sur ces besoins que l’on est ensuite en mesure d’accompagner avec justesse un individu, qu’il soit petit ou grand.

BESOIN N°1 :
Un environnement stimulant et ordonné

Comme pour les enfants, l’environnement de travail est le premier pilier de l’apprentissage. L’environnement a le pouvoir d’influencer grandement le comportement des individus : le rangement, la propreté, les couleurs, la sobriété participent à créer une ambiance plus ou moins propice à la concentration.

Avec la crise sanitaire et l’isolement, devenir entrepreneur est un véritable défi. Travailler chez moi, seule, était même devenu un calvaire. Offrir un lieu de travail à été une première réponse à mes besoins proposée par La Ruche.

Lumineux, près de chez moi, confortable, neutre, c’est un endroit où je peux pleinement me concentrer et me dédier à mon projet. Les grandes tables de travail, la bonne connexion Internet, l’ambiance studieuse et décontractée participent grandement à mes apprentissages pour devenir une entrepreneure aguerrie.

C’est également un lieu propice à l’échange et à la convivialité. Les pauses café ou déjeuner sur la grande terrasse contribuant pleinement au bien-être dans le travail et au développement du réseau.

Cette mise à disposition d’espace est pour moi une clé de voûte de l’accompagnement.

BESOIN N°2 :
Des accompagnateurs bienveillants et engagés

Le POSITIONNEMENT de l’accompagnateur lors d’un apprentissage est fondamental. À l’opposé de l’image du formateur unique, au discours magistral, détenant le Savoir et dont on devient dépendant, les référents de La Ruche mettent en place un système horizontal, d’égal à égal, basé sur l’échange d’expertises et de contacts avec tout un réseau. Une posture juste et très difficile à trouver, entre le soutien et l’effacement. Leur respect pour l’autre est palpable. Leur engagement pour faire émerger le meilleur de nous est visible.

En posant un cadre rassurant et clair, les référents participent à rendre les échanges entre les incubés et le réseau de La Ruche plus fluides, les questionnements plus pertinents, les réponses plus adaptées.

À l’instar d’un éducateur Montessori, Astrid et Léa, nos référentes à la Ruche mettent également en lumière nos QUALITÉS individuelles, nos forces et nos valeurs, un appel à revenir au cœur de ce qui nous anime et qui perdurera après l’accompagnement comme un leitmotiv. 

Cette posture d’accompagnement, sans jugement, et qui instaure un climat de confiance, d’échanges et d’autonomie est le deuxième pilier essentiel de l’apprentissage.

BESOIN N°3 :
Une boîte à outils au service de nos valeurs

C’est après avoir posé ce cadre que l’apprentissage peut avoir lieu, après avoir aidé les enfants/ incubés à mettre le doigt sur leurs forces et motivation endogène ! L’acquisition de nouveaux outils, nouvelles compétences découlent naturellement car ils deviennent un MOYEN de réalisation et non plus un objectif en soi. Les outils nous accompagnent en plusieurs étapes logiques, pour la mise en œuvre du projet qui nous fait vibrer.

Les outils de La Ruche ont une autre particularité selon moi. La formation en ligne, les mises en relation « expert », les séminaires, toolbox… présentent des exercices et documents traditionnels de l’entreprenariat, mais toujours rattachés à des exemples tirés de la réalité du terrain. Ce sont des partages d’expériences concrets, témoignages inspirants et qui replacent l’INDIVIDU au centre.

Comme un enfant dont les freins de lecture sont levés dans une classe saine, avec un enseignant à son écoute, et qui COMPREND en quoi la lecture va l’ouvrir sur le monde, mon incubation à La Ruche m’a permis de recréer du lien entre les outils de l’entrepreneur et une valeur fondamentale :

La Ruche a su replacer le PLAISIR au cœur de l’apprentissage d’un groupe d’adultes aux profils et parcours de vie très variés. Un vrai challenge ! Leur secret ? Cette recette magique qui stimule la confiance des entrepreneurs que nous sommes, avec des outils humains et intelligents, un cadre de travail agréable, propice aux rencontres, ainsi qu’une présence stimulante et bienveillante d’accompagnateurs engagés… qui ont pour objectif de nous voir voler de nos propres ailes.

Merci La Ruche !

Justine Goyon




keyboard_arrow_left Retour à la liste des articles


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *