ZOOM SUR… Baptiste LAFON & Vincent LHULLIER de Décalez

Bordeaux date_range 30 avril 2021 Catégories : Zoom sur ....
décalez
[ssba]

 

 

 

Découvrez le portrait de nos deux abeilles à l’honneur ce mois-ci, Baptiste Lafon & Vincent Lhuillier de Décalez !

 

 

 

 

 

  • Pouvez-vous vous présenter à nous ?

Baptiste : Je m’appelle Baptiste et j’ai créé Décalez! il y a maintenant presque 6 ans, le 5 mai 2015 exactement. Un changement de parcours à 360° car, à la base, je suis géographe de formation et j’ai fait plus de 10 ans en tant que chargé d’étude territorial et statisticien dans les secteurs de l’habitat, les politiques en faveur de la jeunesse et la formation. Pas vraiment le profil-type que l’on se fait de l’entrepreneur donc. 

En parallèle de ma vie professionnelle, je pratique plusieurs formes de spectacle vivant et notamment l’improvisation théâtrale depuis plus de 30 ans. En 2022, je fêterai mes 20 ans d’expérience de formateur en improvisation théâtrale.

Vincent : Je suis Vincent, je suis né à peu près à la période où Baptiste commençait l’impro. Je viens du secteur de la communication et très vite, je me suis intéressé à l’entrepreneuriat. Un intérêt pas forcément lié au désir de créer mon propre projet, mais plutôt par les caractéristiques du secteur : développer une idée pour la rendre concrète, la créativité nécessaire pour faire beaucoup avec parfois peu de moyens, ne pas être toujours cantonné à une mission … ça peut être très vivifiant.

 

 

  • Parlez-nous de Décalez, que proposez-vous ?

Baptiste : Le projet a commencé à se développer quand je me suis rendu compte que les techniques et les mécanismes de l’improvisation théâtrale m’étaient utiles au quotidien et surtout dans ma vie professionnelle. Avec mon associée à l’époque, on s’est très rapidement dit qu’il devrait être possible de construire toute une pédagogie autour de l’impro pour qu’ils puissent à leur tour s’en servir dans leur vie de tous les jours. 

C’est comme ça que Décalez! est né, un organisme de formation par l’improvisation théâtrale qui vise à améliorer les techniques de savoir-être des professionnels. On a commencé par des formations sur la prise de parole en public, puis on a rapidement étendu le champ à d’autres compétences de savoir-être, comme la créativité, la coopération, l’intelligence collective … Entre autres 

! Nos offres évoluent en fonction de nos expérimentations, de nos formations et on n’hésite pas à investir des domaines ou des champs de compétences nouveaux quand on est persuadé que l’improvisation peut être un bon outil à exploiter. Si la formation reste notre activité principale, nous développons des offres d’accompagnement pour les organisations, pour les initier au fonctionnement par l’intelligence collective, par exemple.

 

 

  • Pouvez-vous nous en dire davantage sur l’improvisation comme outil pédagogique ?

Déjà, tout le monde improvise tous les jours. Improviser dans son sens premier c’est faire quelque chose que l’on n’avait pas préparé. Et heureusement qu’on improvise.


On parle par facilité d’improvisation théâtrale, mais le terme exact ce serait plutôt “improvisation appliquée”. Dans le théâtre d’improvisation, les acteurs doivent créer une histoire ensemble, sans scénario au préalable. Pour que cela soit possible, les acteurs doivent compter les uns sur les autres, faire avec ce que l’autre propose (même quand les propositions ne nous arrangent pas) pour atteindre l’objectif de “faire histoire ensemble”. Cela repose donc sur des mécanismes d’intelligence collective pour co-créer, grâce et avec l’autre, le spectacle. En impro, une bonne communication, une bonne capacité d’écoute et de réactivité instantanée sont donc essentielles.

Dans le cas de l’improvisation appliquée, c’est tout pareil. Sauf que l’on n’est pas sur scène mais au travail, que nous ne sommes pas acteurs mais collègues, partenaires ou encore clients. En utilisant les techniques de l’improvisation en milieu professionnel, on développe son agilité professionnelle : on devient capable de mieux communiquer avec l’autre, on s’adapte plus rapidement face à une problématique et nous passons d’une posture de “être contre l’autre” à “faire avec l’autre”. 

Bref, l’improvisation, c’est l’école de la coopération ! Elle a donc toute sa place dans le milieu professionnel et ne doit surtout pas être réservée aux salles de spectacles.

 

 

  • Quels sont vos projets du moment ? Vos ambitions à court et long terme ?

Si on omet les problématiques liées au contexte actuel qui est, n’ayant pas peur des mots, “pas foufou”, un de nos grands enjeux est de légitimer l’outil qu’est l’improvisation appliquée. L’impro, dans l’esprit des gens, a une dimension très ludique et son utilisation pédagogique est loin d’être une évidence. Et comme l’impro est au cœur de notre activité, tout le monde ne comprend pas forcément ce que l’on fait. On vient de finaliser la refonte de notre site internet, où (on espère !) l’on a clarifié tout ça. Comme dirait Martine Aubry “si c’est flou, c’est qu’il y a un loup”. Une phrase à méditer.

Et sur le long terme, notre ambition est surtout de continuer à prendre notre pied dans ce que l’on fait et d’y trouver un sens, ce serait fantastique !

 

 

  • Pourquoi le choix de l’open-space ? Pourquoi La Ruche ? 

Parce qu’on a vu de la lumière, alors on est rentré. Puis on a trouvé ça sympa, alors on est resté. Plus sérieusement, même sans être une structure de l’économie sociale et solidaire stricto sensu, les valeurs véhiculées au sein de La Ruche nous correspondent : la coopération, l’intelligence collective, ça nous parle ! Et puis La Ruche et nous c’est aussi une grande histoire d’amour, on a fait partie des premières structures de La Ruche Bordelaise, elle fait un peu partie de notre histoire aussi … 

On peut avoir une réduc’ du coup pour avoir dit ça ? 

 

 

  • Une citation sympa qui vous inspire et que vous souhaitez nous partager ?

Martine Aubry c’était pas suffisant ? 😉 

En lien avec notre discipline, on pourrait citer Jacques Copeau, grand metteur en scène de théâtre : “L’improvisation, c’est l’éducation de l’instinct”.

 




keyboard_arrow_left Retour à la liste des articles


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *