Lean management et structures d’accompagnement : pour une dynamique entrepreneuriale

date_range 10 décembre 2018 Catégories : Bourdonnement du Réseau.

Par Amandine MAUS le 10 /12/2018

Cette chronique porte sur une recherche conduite durant l’année 2015 auprès de 19 directeurs de structure d’accompagnement. Elle a permis de percevoir un mode de gestion des ressources financières et humaines au sein de ces organisations qui s’apparente au lean management.

 

Depuis la dernière décennie, les structures d’accompagnement évoluent au sein d’un écosystème entrepreneurial turbulent. Ce dernier s’est notamment développé à cause d’un fort accroissement du nombre d’acteurs de l’accompagnement, alimenté par l’émergence de nouveaux formats d’accompagnement (accélération, coworking, pré-incubation, etc.). L’apparition de ces formats va de pair avec l’évolution des entrepreneurs accompagnés. La dernière décennie a vu se complexifier leurs profils entrepreneuriaux (mampreneurs, étudiants entrepreneurs, entrepreneurs sociaux, entrepreneurs académiques, etc.) et leurs besoins d’accompagnement. Ils demandent dès lors un accompagnement en relation avec les spécificités de leur démarche entrepreneuriale (poursuivre ses études et entreprendre, par exemple). S’ajoutant à ce contexte de transformation, les collectivités locales, principaux financeurs des structures d’accompagnement, réduisent leur implication financière. Ce désengagement est par exemple la conséquence de la loi NOTRe, qui, d’une part, réattribue la compétence de développement économique uniquement aux régions ; et, d’autre part, redessine les régions enclenchant une uniformisation des modes de financement des acteurs de l’accompagnement sur des territoires aux pratiques initialement hétérogènes. 

 

En réponse à ces mutations de l’écosystème, les structures d’accompagnement mettent en place des mécanismes qui s’apparentent au lean management. Le lean management est une approche managériale créée par l’industrie automobile japonaise. Elle se focalise sur la mise en place d’économies de ressources, d’une amélioration continue de la qualité des prestations et d’un management des ressources humaines (1) . Au sein des structures d’accompagnement, des mécanismes similaires sont mis en place.

 

L’économie des ressources que ces organisations développent concerne tant leurs ressources financières qu’humaines. Une des pratiques mises en place par de nombreuses structures d’accompagnement pour enclencher ce type d’économie est l’animation de communauté. L’animateur de communauté est notamment salarié par les espaces de coworking et les accélérateurs d’entreprises. Il a pour mission de gérer des collectifs d’entrepreneurs. Il se charge de tisser du lien entre les membres de cette communauté et de les mettre en relation avec des tiers extérieurs pour développer leur entreprise. Il s’appuie par exemple sur des mentors bénévoles, source d’économie de ressources. L’animateur remplace ainsi les nombreux accompagnants traditionnellement nécessaires pour accompagner les entrepreneurs.

De surcroît, au plus près des attentes des entrepreneurs, les animateurs participent à l’amélioration continue des pratiques d’accompagnement. L’amélioration continue des structures d’accompagnement prend la forme d’une recherche permanente de nouveaux formats d’accompagnement. Les directeurs et leurs équipes s’inspirent de leurs concurrents, ils sont à l’écoute des attentes de leurs clients-entrepreneurs, et innovent. Pour se démarquer dans une concurrence exacerbée, ils sont aux petits soins des entrepreneurs et financeurs publics ou privés, particulièrement friands de nouvelles formes d’accompagnement.

C’est ainsi une véritable culture de l’innovation et de l’expérimentation qui est portée par certaines structures d’accompagnement. Leurs salariés s’inspirent des entrepreneurs qu’ils accompagnent pour détecter des projets d’innovation et rester attrayants. Une telle culture nécessite la mise à jour des connaissances des accompagnants au sein d’une activité de gestion des ressources humaines. Des programmes de formations sont créés pour eux et des outils métiers sont conçus pour toujours mieux accompagner l’entrepreneur.

 

En conclusion, nous souhaitons mettre en lumière que les structures d’accompagnement, avec leur spécificité de participer au développement économique local, se comportent comme des entreprises. Qu’elles soient des organisations publiques ou privées, elles mettent en place des pratiques d’économies des ressources et d’amélioration continue de leur accompagnement afin de rester attractives aux yeux d’entrepreneurs de plus en plus exigeants, et des financeurs publics qui se désengagent peu à peu de l’écosystème entrepreneurial.

 

Amandine, doctorante vigie de La Ruche

 

(1) Dans le contexte industriel, son domaine d’utilisation privilégié, le lean management développe également une maintenance continue de l’outil de production. Cette pratique est sans lien avec les structures d’accompagnement du fait de l’absence de machines industrielles à entretenir.




keyboard_arrow_left Retour à la liste des articles


Poster un Commentaire

avatar
retour en haut