Une soirée pour « changer Marseille »

Marseille date_range 20 novembre 2017 Catégories : Le changement en action.
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Une vingtaine de personnes engagées se sont réunies autour d'Adrien Sergent - Photo : La Ruche

Une nouvelle table-ronde du collectif Changer Marseille s’est tenue ce vendredi 17 novembre à la Ruche. Cette fois-ci, c’est la notion de solidarité locale qui était à l’ordre du jour. Avec pour ambition de placer le citoyen au cœur du changement.

Les bonnes volontés étaient au rendez-vous. Sur l’invitation d’Adrien Sergent, fondateur du mouvement Changer Marseille, une vingtaine de personnes se sont réunies ce vendredi 17 novembre à la Ruche. Alors qu’une table-ronde avait été consacrée au thème de la démocratie locale en octobre, ce nouveau rendez-vous était cette fois-ci articulé autour de la notion de solidarité locale.

« L’idée, c’est de fédérer les gens qui ont envie de faire bouger les choses, explique le jeune homme. Il faut que les bonnes volontés puissent s’exprimer et être confortées par la présence d’autres personnes engagées. » C’est ce leitmotiv qui a poussé Adrien Sergent à fonder le mouvement Changer Marseille. Un mouvement amené à devenir de plus en plus influent puisqu’il est adossé à la célèbre plateforme de pétitions Change.org.

« Le collectif Changer Marseille vient tout juste de naître mais notre action porte déjà ses fruits, explique Adrien Sergent. Nous avons notamment lancé une pétition pour que Marseille se dote de toilettes publiques. C’était une des seules grandes villes à n’en proposer quasiment aucune ! Notre pétition a réuni plus de 5.000 signatures, donc la presse en a parlé et les pouvoirs publics ont bougé. Résultat : une trentaine de toilettes publiques seront construites début 2018. » Autre fait d’armes du bénévole : deux pétitions lancées pour la protection du savon de Marseille qui ont réuni au total 145.000 signatures et qui ont débouché sur la création d’un label IGP (indication géographique protégée).

S’inspirer des acteurs d’aujourd’hui pour imaginer les actions de demain

Au cours de ce nouveau rendez-vous, c’est donc la notion de solidarité locale qui était à l’honneur. L’occasion pour l’ensemble des participants de dresser un panorama des initiatives qui ont déjà cours dans la cité phocéenne. Celle du Carillon a particulièrement été saluée : ce réseau de commerçants propose de tendre la main aux sans-abri pour leur permettre de recréer du lien. En apposant l’autocollant du réseau sur la devanture de leur commerces, ils indiquent aux SDF qu’ils leur donneront accès aux toilettes, à une prise électrique pour charger un téléphone, qu’ils pourront prendre un café ou manger un sandwich. Les services peuvent être variés et dépendent du cœur de métier de chaque commerçant.

L’autocollant des commerçants membres du Carillon
L’autocollant des commerçants liés au Carillon

D’autres initiatives ont également été applaudies comme celles de l’association On se gèle dehors, des cafés et baguettes « suspendus » ou encore du « petit déj’ » d’Emmaüs. Autant d’idées qui devaient par la suite inspirer les participants pour imaginer les futurs actions pouvant être menées afin de renforcer la solidarité à Marseille. Et les idées fourmillent ! Créer une mutuelle communale, multiplier les ressourceries et les boîtes à partage, assurer la distribution aux plus nécessiteux des denrées en passe d’être périmées au sein des grandes surfaces, établir un annuaire exhaustif de toutes les associations marseillaises pour leur donner plus de visibilité… Chacune de ces propositions a été discutée et analysée pour évaluer leur faisabilité et anticiper leur impact.

Bilan de la soirée : les pistes pour promouvoir la solidarité au niveau local ne manquent pas. Celles-ci serviront de base aux prochaines réunions du collectif Changer Marseille. A cet égard, plusieurs participants ont accepté au terme de la rencontre de devenir bénévoles au sein du mouvement, participant ainsi à ce qu’il se structure davantage. « Toutes les bonnes volontés qui veulent s’unir pour améliorer Marseille sont les bienvenues ! s’enthousiasme Adrien Sergent. Même en n’offrant que quelques heures de leur temps, les bénévoles ont un rôle immense à jouer pour faire bouger les choses. » Pour ceux qui pourraient se laisser tenter, une programmation est mise à leur disposition sur le site du mouvement.

Yohan Cecere




keyboard_arrow_left Retour à la liste des articles


Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar

wpDiscuz

Cliquez pour rester connecté

retour en haut