Baromètre du Moral des Entrepreneurs de l’Economie Sociale et Solidaire

date_range 27 avril 2017 Catégories : Bourdonnement du Réseau.
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Titre 2 baromètre

Dans le cadre de la 2ème saison de La Fabrique Aviva, l’assureur Aviva a souhaité en savoir plus sur le profil, le moral et les attentes des entrepreneurs sociaux en France.

A ce titre, Aviva et La Ruche, en partenariat avec le Mouves, INCO et les UP Conférences ont renouvelé, avec OpinionWay, le Baromètre du Moral des Entrepreneurs de l’Economie Sociale et Solidaire1.

 » Les entrepreneurs sociaux, en ce qu’ils sont avant tout des entrepreneurs, sont naturellement soucieux de la baisse des financements publics initiée il y a quelques mois déjà. Pour autant, si leur optimisme si caractéristique n’est pas entamé, c’est qu’ils ont la particularité d’avoir toujours cherché à compenser tout ou partie des aides d’état : via des collectes auprès de particuliers et de fondations d’entreprises par exemple, ou encore en intégrant des écosystèmes comme le nôtre, qui les poussent à innover dans leurs modèles économiques, de sorte à les rendre plus rapidement performants. Le secteur a donc raison de ne pas s’inquiéter de son avenir, et ses acteurs auraient tort de ne pas garder ce moral qui a si grandement contribué à leur succès », explique Bruno Humbert, Président de La Ruche.

Les résultats de ce baromètre dressent un premier portrait-robot de l’entrepreneur de l’économie sociale et solidaire en France.

Celui-ci est le plus souvent un homme (65%), en région (60%) et jeune. En effet, 76% des sondés ont moins de 50 ans, et 1/3 a même moins de 35 ans. L’entrepreneur social travaille majoritairement dans de petites structures, comptant moins de 5 collaborateurs (54%).

Leurs champs d’action? Le lien social, l’inclusion & la citoyenneté (29%), l’environnement, la biodiversité & l’énergie (27%), ou encore l’emploi, l’éducation & la formation (24%).

Baromètre infographie n1

Les entrepreneurs interrogés sont optimistes. 78 % d’entre eux estiment ainsi que leur moral est bon, voire très bon (28 %), qu’il s’est amélioré (53 %) et même qu’il va s’améliorer (72 %). A l’inverse, il est à noter que seuls 38 % des entrepreneurs français sont confiants concernant l’avenir de la situation économique de leur entreprise2.

D’une manière générale, parce qu’ils sont avant tout des entrepreneurs, les facteurs qui ont le plus d’influence sur leur moral sont les problématiques de financement de leur activité (69 %), les résultats financiers de l’entreprise (58 %) et l’équilibre vie privée/vie professionnelle dont ils jouissent (53 %).

En termes de confiance, si l’on se projette sur l’année à venir, les entrepreneurs sociaux ont pleinement confiance dans leur structure (93 %), ce qui représente une augmentation de 9 points par rapport à 2015.  Leur confiance dans le marché français s’est même nettement améliorée avec une hausse de 36 points en 2 ans (76 % en 2017 vs 40 % en 2015).

baromètre infographie n3

Cependant, les entrepreneurs se méfient des institutions, puisque seuls 17 % ont confiance dans la politique et 65 % ne se sentent pas assez écoutés par les pouvoirs publics. Or, ils sont près de la moitié (49 %) à considérer l’entrepreneuriat social comme un enjeu prioritaire de la campagne présidentielle et 43 % à considérer que c’est un enjeu important, même si non prioritaire.

Baromètre infographie n2

1. Consultation menée auprès d’un échantillon de 194 entrepreneurs sociaux interrogés en ligne du 1er au 10 mars 2017 (baromètre complet disponible sur demande). La première édition du baromètre avait été initiée en 2015 par La Ruche, Orange, le Mouves, avec OpinionWay.

2. Source : Baromètre des Professionnels réalisé par Odoxa pour Aviva en novembre 2016.

Titre baromètre




keyboard_arrow_left Retour à la liste des articles


Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar

wpDiscuz

Cliquez pour rester connecté

retour en haut