L’animateur, pour une nouvelle trajectoire du métier d’accompagnant

Bordeaux date_range 10 novembre 2016 Catégories : Zoom sur ....
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
d81c75e06e9a7b0201cd095804a8f74b

Dans cette chronique, je vous propose d’aborder une autre évolution de l’accompagnement de l’entrepreneur : l’animateur. Dans les très nombreuses structures publiques d’accompagnement, l’accompagnant clé est le chargé de mission. Celui-ci tend aujourd’hui à devenir un animateur.

En 2014, on dénombre 1 458 structures publiques d’accompagnement (incubateurs, pépinières d’entreprises, couveuses d’entreprises, etc.) en France. Leur nombre n’a cessé de croître depuis les années 1980, date de leur développement.

Elles sont aujourd’hui au cœur d’un univers en mutation. De nouveaux acteurs, tels que les accélérateurs d’entreprises ou les espaces de coworking spécialisés dans l’entrepreneuriat, remettent en cause leurs pratiques. Ils développent un nouveau métier qui se diffuse peu à peu dans l’accompagnement : l’animateur.

 

#Le chargé de mission, un expert de la création d’entreprise

Depuis leur création, les structures publiques ont confié leur accompagnement aux chargés de mission. Ces acteurs sont des experts du domaine de la création d’entreprises. Ils développent une relation individuelle et personnalisée avec les entrepreneurs plusieurs années durant. Les chargés de mission leur transmettent du savoir pour les guider à travers les méandres de la structuration du projet puis du démarrage de l’entreprise. Ils pourront également demander l’intervention d’experts divers (avocat, experts comptables, etc.) durant l’accompagnement.

La transmission de savoir accompagnant-accompagné est alors très descendante. Ce qui semble cohérent : les entrepreneurs reçoivent les conseils d’un acteur fin connaisseur d’une activité qu’ils découvrent. Les chargés de mission sont pertinents dans leur posture d’accompagnant non pas parce qu’ils ont vécus l’aventure entrepreneuriale mais parce qu’ils ont reçu les retours d’expériences de très nombreux créateurs. Ils ont ainsi pu voir des trajectoires de création d’entreprises dont certaines ont été sources de succès pour les entrepreneurs, et d’autres qui l’ont moins été. Ils conseillent les créateurs en s’appuyant sur cette expérience, au sein d’un accompagnement structuré en grande partie par un document clé : le business plan. L’accompagnement est aujourd’hui revu est corrigé par les accélérateurs d’entreprises et espaces de coworking.

 

#L’animateur, créateur de cohérence et de réseau

L’animateur est au cœur de l’accompagnement conçu par ces nouveaux acteurs. Il n’est pas un accompagnant traditionnel : l’expertise laisse place à la facilitation. Pour cela, l’animateur ne développe pas de relation exclusive avec l’entrepreneur mais créée une relation collective. La particularité de l’accompagnement développé par les accélérateurs et coworking est la communauté ou la promotion d’entrepreneurs dont l’animateur créé la cohésion. Ce dernier facilite les échanges entre les entrepreneurs et enclenche l’accompagnement par les pairs. Cet accompagnement prend la forme d’échanges de conseils et de collaborations réalisées entre entrepreneurs de la communauté. La transmission de savoir faite par les entrepreneurs pour les entrepreneurs est alors horizontale. L’animateur complète sa mission de cohésion interne par la mise en réseau de ces créateurs avec le monde extérieur.

Les membres du réseau externe avec lesquels l’animateur met en relation les entrepreneurs sont très variés : des mentors ; des grandes entreprises, etc. Ils sont mobilisés à la demande des accompagnés ou proposés par l’animateur s’ils sont estimés pertinents. L’accompagnement de l’entrepreneur est alors construit de la façon la plus flexible qui soit pour correspondre aux demandes spécifiques des entrepreneurs.

 

#Une évolution dans l’air du temps

L’animation de communauté et de réseau est peu à peu intégrée dans la majorité des structures d’accompagnement. Elle ne constitue parfois qu’une part du quotidien du chargé de mission. Son métier principal demeure alors le suivi individuel, et non moins pertinent, des entrepreneurs. Cependant, l’animateur répond à une volonté aujourd’hui exprimée par les entrepreneurs : Ils sont en demande d’un accompagnement qui correspond à leurs spécificités. Les profils d’entrepreneurs se sont en effet diversifiés du fait d’évolutions sociétales. Les structures d’accompagnement sont alors confrontées à une très grande diversité dans leur population de créateurs d’entreprises (entrepreneurs sociaux, mampreneurs, entrepreneurs par nécessité, etc.). Un accompagnement standardisé, même dans ses grandes lignes, ne correspond pas à tous. A cela, les structures d’accompagnement ont répondu par une diversification des formats d’accompagnement et par la multiplication des accompagnants. C’est alors le rôle de l’animateur de concilier les demandes des entrepreneurs et ce panel de solutions.

Après 30 années de tranquilles activités d’accompagnement, les structures d’accompagnement sont remises en question et évoluent. Elles le font pour répondre aux besoins des entrepreneurs. L’animateur alors est un métier qu’elles développent pour mieux accompagner ces créateurs d’entreprises, eux aussi en pleine mutation.  

 

Amandine, thésard butineuse à La Ruche !




keyboard_arrow_left Retour à la liste des articles


Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar

wpDiscuz

Cliquez pour rester connecté

retour en haut